Facebook Twitter Instagram

Come to your senses Magazine

Les mots de l'Armagnac

Pièce [ pjɛs ]

De théâtre, de monnaie ou de collection, la pièce s’habille spécialement de bois pour le vieillissement de l’Armagnac ! Qu’elle soit fût, tonneau, barrique ou futaille, c’est en elle que l’eau-de-vie se marie au bois et se charge de souvenirs aromatiques qui marqueront à jamais sa mémoire. Mais avant que la magie ne s’opère dans ces contenants de quatre cents litres, la sélection, la transformation et l’assemblage du bois sont des étapes cruciales qui répondent à des procédés méticuleux maîtrisés par l’artisan tonnelier.

Nul besoin d’aller chercher bien loin : à portée de vue des vignes, les chênes régionaux sont privilégiés pour le vieillissement de l’Armagnac, même si le Limousin, les Vosges ou l’Allier offrent également une belle matière. L’histoire du nectar gascon prend ainsi racines avec ces arbres, âgés de plus de cent ans parfois, et s’ouvre bien avant d’entrer dans la barrique.

Après cette sélection rigoureuse, le tonnelier fend les billons de chêne pour en extraire des planches appelées merrains, issues de la partie la plus noble du tronc. Pendant plusieurs mois, voire plusieurs années, les merrains sont laissés en plein air. Fouettés par les vents, mouillés par la pluie et réchauffés par le soleil, ils sont ainsi sublimés par la nature et ses parfums, avant d’être sculptés en douelles ; environ trente sont nécessaires à la fabrication d’une pièce. Dans son atelier, le tonnelier les façonne jusqu’à ce qu’elles s’assemblent en fleur sous la force des cintres de fer et courbent l’échine sous celle des flammes. La chaleur les assouplit et, petit à petit, les extrémités se rejoignent.

Une fois sa forme obtenue, il ne manque plus qu’à forger son caractère et définir son profil. Le tonnelier travaille alors de pair avec le maître de chai, qui lui indique le profil et l’intensité aromatique qu’il souhaite offrir à ses eaux-de-vie. Chaque pièce est alors personnalisée par l’ardeur du feu, qui cuit le bois plus ou moins longtemps selon l’effet recherché. Rien n’est laissé au hasard et cette étape de toastage est essentielle, car c’est elle qui définira les échanges entre le bois et l’eau-de-vie.
Pour veiller à ce qu’aucun parfum ni aucun arôme ne s’en échappent, le tonnelier ferme la pièce et s’assure de son étanchéité pour permettre une oxydation optimale ; le bois peut dès lors rencontrer l’eau-de-vie. C’est le premier acte d’un mariage toujours réussi.


Tags : armagnac, artisanal, chai, élevage

Sur le même sujet

Armagnac [aʁmaɲak]
Craft [ˈ'kra:ft]
Spiritueux [spiʀitɥø]
Chai [ʃɛ]
Maître de chai [mɛtʀ d ʃɛ]
Elevage [el(ə)vaʒ]